Expositions - Communication et Publicit  
 
INTEREXPO
Une communication intelligente au service de l'entreprise

Cliquer sur la revue pour la visionner

Tlchargez Adobe reader
Lire l'dito de "Tourisme Magazine N80"




Commandez votre numéro





Document sans titre
 
  NEWS
Investissement dans le tourisme

Quel mode de financement des micro-entreprises 

Le financement des projets touristiques demeure l’une des préoccupations des opérateurs du secteur. Les jeunes s’orientent de plus en plus ces derniers temps vers la création de microprojets tout en cherchant les meilleures sources de financement.  Tantôt l’Ansej, tantôt l’Angem, mais le plus important pour eux c’est d’avoir des crédits auprès des banques.

Concernant le financement des projets d’investissement dans le secteur, les responsables du secteur ont  signé des conventions signées avec quelques banques du secteur public Badr, BDL, CPA, Cnep, ainsi que le Fgar, ainsi que d’autres avec des banques privées comme El-Baraka afin d’accompagner les investisseurs. 

Les professionnels souhaiteraient en outre la création d’une Bourse des investissements et le financement opérationnel. Il est question notamment d’accès des banques commerciales aux ressources (à long terme) du Trésor public pour le financement de l’industrie hôtelière et touristique. Ils plaident également pour la création d’un établissement spécialisé dans le financement à long et moyen terme, ainsi que pour l’augmentation de la garantie de la Caisse de garantie des crédits d’investissements, actuellement plafonnée à 50 millions de DA, à un niveau en rapport avec l’importance de l’investissement et l’étendue des projets hôteliers et touristiques.

Conscient du fait que les micro-entreprises pourraient générer plus d’emplois directs et indirects et créer de la valeur ajoutée si seulement les candidats postulaient pour des activités, liées à l’artisanat, les investisseurs tentent donc de trouver le meilleur système de financement de leurs projets.

Pour certains professionnels du tourisme, les banques ne financent que marginalement cette activité. Leur argument principal repose sur le fait que le secteur touristique ne pèse actuellement que de moins de 1% des crédits bancaires à l’économie nationale.

Du côté des banques, publiques comme privées, on souligne, au contraire, que la profession a, au cours des dernières années, signé de nombreuses conventions avec le ministère du Tourisme dans le but de renforcer la contribution du système bancaire national au développement du secteur.

Notons que le financement des projets touristiques est couvert actuellement à concurrence de 60 à 70 % par les banques. Ce financement s’opère dans le cadre d’une convention signée entre les ministères du Tourisme et des Finances et les banques. C’est Ainsi que la Société Générale Algérie (SGA), Arab Gulf Bank (AGB), Banque El Baraka, Trust Bank et Salama Bank se sont engagées en 2014 à travers ces accords à financer les projets d’investissement dans le secteur touristique pour des montants représentant jusqu’à 70% de chaque projet et cela pour une durée de 12 ans au maximum.

On peut citer également les accords et les conventions déjà signées en 2012 avec les six établissements bancaires publics. Ces différentes conventions ont également prévu l’intégration du FGAR (Le Fonds de Garantie des Crédits aux PME) pour la partie garantie de financement des équipements.

Aussi, dans les différentes lois de finances, les projets touristiques ont bénéficié d’avantages dans leur financement reste à savoir s’ils sont appliquées sur le terrain. Par exemple, les investisseurs dans le domaine de l’hôtellerie au niveau des wilayas du Nord et de celles du Sud bénéficient respectivement d’une bonification de 3% et de 4,5% des taux d’intérêt applicables aux prêts bancaires.

On peut mentionner en outre que les activités touristiques sont soumises à l’IBS au taux de 19% alors que les autres activités sont soumises aux taux de 25%, avec une exonération pour une période de 10 ans pour les entreprises touristiques à l’exception des agences de tourisme et de voyages.

Le secteur bénéficie également d’une exonération permanente de la TAP ainsi que de l’application, jusqu’au 31 décembre 2019, du taux réduit de 7% de TVA. Aussi, le secteur du tourisme est assujetti au taux réduit de droit de douane sur les acquisitions d’équipements et d’ameublement non produits localement.

Toutes ces mesures de financement ne peuvent être qu’encourageante pourvu qu’elles soient appliquées sur le terrain pour faciliter la création des micro-entreprises dans le secteur du tourisme.

 

Fatiha Aïd.


ARCHIVES

20/09/2017 Investissement dans le tourisme
20/09/2017 saison estivale
20/09/2017 Selon le Forum
20/09/2017 Tourisme mondial
20/09/2017 Taksebt, monument fun
20/09/2017 Barcelone
 

Copyright © 2008 Interexpo Administration
Conception : New agency   www.newagency-dz.com

Il y a eu 1130554 visiteurs uniques
 
You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near '-1,1' at line 1