Expositions - Communication et Publicit  
 
INTEREXPO
Une communication intelligente au service de l'entreprise

Cliquer sur la revue pour la visionner

Tlchargez Adobe reader
Lire l'dito de "Tourisme Magazine N84"




Commandez votre numéro





Document sans titre
 
  NEWS
Vacances d’été 2013 Comment se distrai

Nous sommes en plein mois d’Août, Ramadhan se termine dans quelques jours. Nous avons jeuné loin de nos familles en Algérie. Les vacances prévues dans notre pays natal ne sont plus possibles financièrement. Etant la seule source de repos annuel,  comme nombreux d’expatriés, vivant à  l’étranger, cette fois  nous choisissons l’Espagne au climat similaire à notre terre d’enfance. La raison? La mer et les distractions diverses nous permettent  des vacances à bas prix.

Tout a commencé au début de l’année par l’achat du prix du billet d’avion Londres- Alger. Les tarifs  ne permettent plus aux familles de prévoir ce repos cher au cœur de ceux qui,malgré la distance, souhaitent maintenir les liens familiaux. La réalité est tout comme partout, travailler, vivre, maintenir cette relation spéciale famille que nul ne souhaite en être coupé. Le cout de la vie, l’école, les diverses obligations, la distance d’un travail sont à considérer. Comme tous, nous laissons une partie de notre cœur dans la famille, surtout avec les  parents qui vieillissent. Loin des sources familiales, celles qui normalement apportent tant de supports,   la vie est différente.  Ce qui explique cette envie d’y retourner régulièrement en été.

Le premiers pas  est de planifier ces billets d’avion qui nous font tant rêver. Cette fois,  cette voie oblige nombreux à ne plus pouvoir partir, d’autres préfèrent patienter plus longtemps avant de rejoindre leur famille. En augmentant leur tarif d’été, ce départ si beaucoup attendu est devenu impossible pour nombreux. Devant cette  situation inévitable, les expatries Algériens  ont  choisi une destination  plus accommodante: l’Espagne !  Proche par son histoire, agréable par  sa joie de vivre, ses  plages de sables dorés et enfin des tarifs aériens charters,  ne coutant qu’une fraction, nombreux sont qui  décident  de changer de  destination. A noter que le ferry  offre aussi un moyen fort  économique.  

On commence par régler d’avance la location d’un appartement.  Agréablement meublé avec cette climatisation pratique,  le Wi-Fi assuré, la literie complète et au rez de chaussée l’accès de la  buanderie commune, avec ses machines à laver,  un moyen moderne bien  apprécié. Dans le  jardin, la grande piscine est ouverte  tout le temps. Nous découvrons  l’architecture espagnole, modernisée,adaptée à cette région inondée de soleil  qui s’ajoute à  notre sens du confort bien gagnéaprès des mois de  dur labeur. L’exemple de l’urbanisation choisie, surnommée Concorde,est composée d’appartements étalés entre plusieurs immeubles.  Malgré sa taille gigantesque, un sentiment   de sécurité,  d’espace et  calme  nous réjouit.

Dès notre arrivée, nos enfants ont sauté de joie devant ce petit paradis terrestre,  en plongeant dans l’eau limpide de la piscine qui semblait les attendre. Nous leur avons bien vite expliqué, qu’à l’heure de la sieste, vers quatorze heures, ils devaient se tenir tranquille, de préférence sans bruit.  Cette  institution espagnole (autrefois  populaire en Algérie)s’ajoute à notre repos bien gagné. 

A partir de dix-sept heures, la vie reprend partout. Depuis des décennies, la réputation de la Costa Blanca   a dépassé les frontières les plus lointaines. L’aéroport d’Alicante  modernisé  peut recevoir jusqu’ à un million de passagers par jour ! Projet sans doute  ambitieux, l’Espagne est bénie par  quatre saisons. Depuis vingt ans, les urbanisations crés pour une population locale et étrangère ont attiré  plusieurs millions d’Européens. Le tourisme Espagnole a  prévu l’envergure du marché  national et international.  Nous  sommes témoins de cette vision : six cent appartements, un très large parking,les piscines encerclées deverdure, nous nous sentons comme dans un paradis. 

Dès notre  première soirée à Alicante,  nous explorons le quartier en nous promenant le long de la plage de San Juan,  dégustant une glace locale. Ce lieu populaire attire les familles Espagnoles avec  leurs enfants. La population locale est agréable,  nul  ne sent  étranger. La ville est parsemée  de jardins publics. Ces derniers  embellissent  ces immeubles de maitre peu élèves qui ont survécu les ravages du temps.Ici et là, nous admirons quelques arbres centenaires dont les branches reposent sur des supports  simples que nos enfants tapotent  par curiosité. 

 

Les nuits sont animées  en Espagne durant l’été   Le flot  régulier de touristes venus de tous les coins de la planète trouve dans chaque office du tourisme une liste de festivités . Grace à la fraicheur de la nuit, les fiestas de tout genre  organisées se répètent chaque été régulièrement. La plus célèbre celle des Moros et Cristiano. Nous avons choisi d’aller dans la  petite ville de Guardamar. Bâtie sur une haute colline, comme ses voisines,  elle possède de centaines d’habitations de vacanciers et appartements traditionnelles. Une peu spéciale par son ancienneté, elle a gardéà mi-chemin de la route principale, cette  roue médiévale énorme, qui continue à puiser l’eau d’une sagia, bâtie par les Maures après leur arrivée. 

Afin d’aider les artistes locaux , les visiteurs peuvent acheter ou admirer les objets crées et vendus  sur des étalages éphémères placés le long des trottoirs. Je suis tentée par un chapeau fait de paille local, décoré de boules de bois d’ eucalyptus, cout ? 2 Euros.  Bonbons, sacs à mains, chaussures, t-shirts, robes blanches a la broderie locale,  ornements et tant d’autres créations sont joliment présentés.

Chaque semaine,  villages et villes célèbrent la commémoration  d’une page  historique.  Un défilé grandiose par sa vivacité et son ampleur,  rappelant ce moment précis lorsque les Maures régnaient encore sur ce beau pays.  Sous le son des tambours, rois, reines, princesses et gardes,vêtus de costumes flamboyants en satin ou en velours, brodes de fils dores, portant une couronne ou une arme du temps de cette époque marchent la tête haute. Suivis par les Christianos, aussi brillammentvêtus selon leur statut, longues robes, le haut bois sur la tête des femmes, costumes sérieux des hommes,  tous les groupes marchent  en diapason au son de la musique militaire. En dernier, les responsables locaux,  responsables d’une telle  célébration, en vêtement modernes,   clôturantainsi cette brillante partie de leur histoire,  méritant les applaudissements de la foule.Etrangers parmi tant d’autres étrangers, nous sommes tous autant fascinés.  

Le programme hebdomadaire  publié sur le journal local en espagnol est gratuit. On le trouve au bureau du tourisme. En  anglais  il est publié sur le journal hebdomadaire Costa Blanca news,  faciles  pour nous Algériens anglophones. Quel bonheur que d’ avoir tant de distractions . L’été,  dans ce pays,est synonyme de fêtes. Malgré les feux d’artifice, il est onze  du soir, on peut voir les tout petits  s’endormire dans les poussettes. Les plus grands s’amusent  sur la place publique ou dans le trottoir sans danger.

Nous allons à la découverte des quartiers avoisinants. Nous notons la rue d’Oran, nullement omise dans l’histoire d’Espagne. Dès dix heures du matin, les magasins ont ouvert leurs portes. Tout comme chez nous,  de nombreux cafés sont prêts  car prendre le temps de gouter, de déguster  une boisson entre amis ou en famille fait partie de cette joie amicale. La Costa Blanca que nous  découvrons regorge de lumière et de vie.  Les petits marchés sont bien achalandés.  Le port d’Alicante est fréquenté par des ferrys réguliers allant vers Alger ou Oran.   Les liens historiques  entre nos deux pays continuent fraternellement.   Durant des siècles précédents,  nombreux habitants natifs de cette région venaient travailler chez nous. Le marché de l’alfa algérien fournissait de la matière première à ces artisans locaux.  Pour ceux qui comme nous ont choisi ce pays du soleil, la langue n’est pas un handicap. Avec ses  quelques 35% de mots en arabes, le reste en langue latine, presque transparent, en général, nous  sommes vite à l’aise.  Quant à la  nourriture, les bouchers hallal possèdent tout ce dont nous sommes habitués sans oublier les douceurs tels ces zalabyas, kobez et ces friandises que nous aimons tant. L’alimentation espagnole est aussi bien accueillie : diversité de préparations  avec la  paella, lapins,  brochettes et merguez, sans oublier les  petites Kemia de salades… un plaisir. On a  bien apprécié cette boisson rafraichissante, appelée horchata, un peu laiteuse  crée par les Arabes, elle continue à plaire à tous les palais durant la saison chaude. Quant aux churros, ce type de zalabyastrempées dans du chocolat chaud, un régalà ne pas manquer.

 

Toute festivité  se passe le soir.  Rien n’est omis, ville ou petit village offre un panneau de son passé et sa  gloire. L’Espagne est absolument populaire avec les britanniques depuis les années soixante. On rencontre  des Danois, Suédois, Allemands, Portugais  et Français qui viennent avec leurs enfants.  Le bureau de tourisme reste ouvert tard le soir, offrant documentation, carte régionale et pamphlets gratuits.  Hier nous avons emmené nos enfants à Benidorm, deux heures de route afin de découvrir le parc d’attraction appelé Terranatura, un zoo moderne qui  ressemble plus à un terrain parc sans frontière,  composé d’animaux d’Afrique. Notre petite a été ébloui par la gentille girafe qui s’est approché d’elle pour lui lécher la main !  Pas très loin, cet éléphant placide, un grand père sans doute, mâche un tas de plantes sèches. D’autres animaux paissent sous l’ombre des arbres. Ce zoo moderne étalé sur 30 hectares jusqu’aux pieds des montagnes bien que situé à Benidorm attire grands et petits.

De retour dans cette petite ville de Playa Palmera, on découvre un marché d’ artistes et leurs créations.Devant la chaleur intense de l’été, j’ai acquis un chapeau en paille régionale, embelli de perles en bois d’ eucalyptus, produits non toxiques.  Sur ces étalages  éphémères, les autorités  offrent un moyen à la survie d’un art et aux familles qui continuent  à protéger le travail de leurs ancêtres.

Les piscines locales et les plages sont nombreuses. Les enfants adorent  cette eau fraiche. Celle que nous avons choisie, populaire par les parents, est  surveillés par un jeune grand père qui ne parle qu’espagnol, sa langue natale... une manière d’injecter  du vocabulaire aux petits, ces mots comme ‘’ cuidado’’ etc… bien entendu il y a d’autres mots qui ont gardé leur connotations arabes. Dans notre programme, nous avons prévu la visite de Los Alcazars( elkossor= châteaux), du village de Benijofar ( Ben ghorfa= les enfants de la maison); bonne raison de travailler les langues et d’injecter un savoir afin d’enrichir la découverte de pays diffèrents du notre, afin que  nos enfants mémorisent en jouant  une page d’ histoire qui pourrait leur être utile un jour.

La liste des activités des villes et villages est si longue qu’il nous faudrait plusieurs visites. Les marchés énumérés sur le journal apportent fruits, légumes locaux. Alicante est célèbre par son port et ses nombreux yachts et bateaux..Qui n’aime pas écouter  le son des vagues!

A La marina, après la présentation d’une bande musicale, une paella géante est organisée par cette charité qui veut se faire connaitre et continuer son œuvre. Des rires, des couleurs et une envie d’ aide, encourage les vacanciers à  gouter cette spécialité contre quelques euros.. une manière d’élever les fonds pour ceux qui sont démunis de soins.

Bien entendu, les enfants ont aussi droit aux ateliers,couleurs ,découpages, visages peints, chacun produit quelque chose..Les activités ont multiplies : Promenade a cheval, karting, tir a l’arc, kayaks, les adolescents ne sont pas oubliés. 

Quant à la culture, on y trouve un peu de tout. D’ abord le grand musée MARQ d’Alicante présente cette fois l’histoire du sel, étendu sur un règne de plusieurs siècles.  Plus loin vers le Sud , aune heure de route, on peut admirer ces lacs salesayant la même densité que  la mer morte. Le contenu de sodium, cuivre attirent  les flamands roses qui aiment à y revenir chaque année. Dès la fin de l’été, un spectacle fabuleux attire les connaisseurs et amateurs de photos : voir lesnouveaux nés tout juste  couvert de plumes blanches,  sous l’œil vigilant des  parents.

Nous visitons un autre parc, el Parque Naturel ‘El Siren’,  couvrant quelques milliers d’ hectares,  un havre de paix pour les animaux . Seule  cette tigresse qui vient de mettre bas son premier petit, derrière  son abri solide. Les enfants peuvent admirer ce miracle de la nature, ce petit être fragile, mais surveillé jalousement.   

Nous terminons notre journée par la visite du Musée du chocolat, une importation venu du Mexique, dont les religieux Espagnols ont transformé la saveur en y ajoutant du sucre.  En couvrant de chocolat chaud  les churros (type de  zalabya) la réputation de la chocolaterie Valora fait son chemin. Un plaisir à ne pas manquer.

  En cette période estivale,  les autorités invitent régulièrement des groupes artistiques de différentes nationalités : Danois, Allemands, Anglais et quelques fois Algeriens. .  En fin de ce mois, Bill Zygmant présente ses photos illustrant les Beatles des annees70’ .Les Russes arrivent sur la sellette, avec la production de Katiuska, unevenement à ne pas manquer.

Nous decidons de découvrir  el Mar Menor, situe a mi-chemin de Cartagena et Alicante. Une plage assez intéressante avec sa boue noire, fameuse  par des qualités qui apporteraient allègeraient  certaines allergies de la peau, populaire avec les Espagnoles et  les Britanniques.

A mil Palmeras,  sur la placette centrale, nous avons suivi une soirée musicale. Nous nous sommes assis à coté des habitants qui, eux, arrivent en famille. La soirée musicale, regroupe une trentaine de musiciens locaux  âgés entre 10 et 60 ans ! Gloire a la joie de vivre espagnole sous la bannière appelée ‘Union musicale Horada’, nous avons apprécié des composions  musicales telles: NochesAlicaninas( nuits d’Alicante) Hommajea Mexico (hommage a Mexico) Glenn Miller story (l’histoire de Glen Miller)  promettent un enchantement !Nous avons écouté les arrangements avec beaucoup de respect.  Apres  vingt heures, la brise venue de la mer caresse agreablement nos visages. Grands et petits ont apprécié les efforts de ces amateurs et le grand style choisi pour cette soirée.

Nous avons associé la joie et la relaxation de nos vacances à cette terre Espagnole. Les efforts évidents des distractions crées grâces aux autorités de la province de la Costa Blanca ont porté leurs fruits. La création d’autoroutes, de maisons de vacances, d’hôtels, ce coût de la vie  accessible, la maintenance de l’agriculture à bon prix.  On a remarqué que les nationaux  comme  ceux venu de Madrid préfèrent ce lieu plutôt que de faire face aux dépenses d’un voyage à l’ étranger.  Quant aux autres nationalités, la qualité de la vie et la sécurité d’une société respectueuse des traditions familiales ne fera qu’attirer plus de visiteurs à l’avenir. Nous pensons déjà à l’été prochain avec beaucoup d’anticipation. 

Fadela Krim


ARCHIVES

12/09/2013 Kamel Hamamouche, Président Directeur Gé
14/10/2013 Les facettes de l\'Algerie touristique
14/10/2013 LE BORDJ DE TAMENTFOUST, un bijo
14/10/2013 Vacances d’été 2013 Comment se distrai
14/10/2013 Tourisme de montagne LE TOURISME M
14/10/2013 Le tourisme vert LES E
12/09/2013 Le tourisme en Algérie, image de la mode
27/08/2013 HOTEL « LE CAID » DE BOUSAADA Un Joyau
21/08/2013 Abdelatif Zaïd, Directeur Général de l’E
 

Copyright © 2008 Interexpo Administration
Conception : New agency   www.newagency-dz.com

Il y a eu 1157115 visiteurs uniques
 
Destinations
Point Afrique s’ouvre au Tchad

Contrainte à une activité réduite dans la zone sahélienne, la coopérative programmera en février prochain trois vols vers N’Djamena et Faya-Largeau.

Lire la suite
L’Italie ferme peu à peu ses bureaux (de

Selon une information publiée par Le Quotidien du Tourisme, l’Enit (Office de Tourisme de l’Italie) serait en train de réduire ses bureaux à l’étranger et se concentrerait sur les bureaux restants.

Lire la suite
La France, première destination mondiale

La France garde en 2010 sa place de première destination touristique dans le monde. La Chine, quatrième en 2009, pourrait ravir la troisième place à l’Espagne.

Lire la suite
Point Afrique reprend ses charters vers

Point Afrique a repris dimanche dernier ses vols charters vers la Mauritanie qu’elle avait suspendus en septembre pour des raisons sécuritaires liées à Al-Qaïda.

Lire la suite
New York bat son record de fréquentation

La mégapole a reçu 48,7 millions de visiteurs en 2010, soit 6,8% de plus que l’année précédente.

Lire la suite
Le Royaume-Uni veut créer 50.000 emplois

Mariage du prince William, jubilé de la reine Elizabeth et jeux Olympiques de Londres : le pays compte sur son calendrier d’événements pour booster son économie touristique.

Lire la suite
Point-Afrique aurait perdu 2 M€ en 2010

Le maintien de ses vols vers le Sahel a coûté cher à Point-Afrique. Selon un communiqué, la coopérative détenait en 2007 quelque 6,6 millions d’euros de fonds propres. En quatre ans, 5,1 millions d’euros ont été « engloutis dans l\'obstination à maintenir des routes aériennes », selon le fondateur Maurice Freund.

Lire la suite
Tunisie : Le Tourisme dans un vent de Li

Beaucoup d’inquiétude plane sur l’activité touristique tunisienne. La saison est, pour certains compromise. Les événements récents qui ont marqué ce pays le laisse, dans une première lecture, le croire.

Mais qu’en est-il en réalité ?

Nous avons approché, Monsieur Fawzi Basli, représentant de l’Office National du Tourisme Tunisien (ONTT), pour faire un tour d’horizon sur l’état actuel du tourisme tunisien.

Lire la suite
Le tourisme marocain dans l’expectative

Selon le Radar de Liberté, la crainte de troubles sociaux a entraîné une baisse de la fréquentation des sites touristiques marocains par les Européens, d’après l’hebdomadaire marocain La vie Éco dans son dernier numéro.

Lire la suite
Fréquentation : Malte bat son record de

2010 est une année record en nombre d’arrivées pour Malte. La progression de la destination se confirme au niveau mondial puisque 1 332 086 touristes internationaux ont visité Malte en 2010, soit une augmentation de 12,7% par rapport à l\'année 2009.

Lire la suite
Djerba la fidèle, confluence culturelle

Djerba aux 400 mosquées, Djerba à la synagogue, Djerba aux mille couleurs, Djerba la fière, la douce, la fidèle
Djerba à l’enracinement profondément berbère connu et reconnu, est également arabe, africaine et musulmane.
Un don de Dieu, un atout, une fierté.

Lire la suite
Vacances d’été 2013 Comment se distrai

Nous sommes en plein mois d’Août, Ramadhan se termine dans quelques jours. Nous avons jeuné loin de nos familles en Algérie. Les vacances prévues dans notre pays natal ne sont plus possibles financièrement. Etant la seule source de repos annuel,  comme nombreux d’expatriés, vivant à  l’étranger, cette fois  nous choisissons l’Espagne au climat similaire à notre terre d’enfance. La raison? La mer et les distractions diverses nous permettent  des vacances à bas prix.

Lire la suite
La thalassothérapie en Tunisie 2ème des

En quelques années, la Tunisie a réussi à se placer seconde destination mondiale de thalassothérapie, après la France.

Lire la suite
Vacances à l’étranger Quand la Tunisie

« On est vraiment bien, on y est presque comme chez nous, peut être mieux même», C’est ainsi qu’un touriste Algérien décrit son voyage après son arrivée sur la côte du Cap Bon en Tunisie, au lendemain de l’Aïd. Et ce n’est qu’un point de vue parmi tant d’autres des nombreux vacanciers qui se rendent dans ce pays voisin.

Lire la suite
TOURISME ET FÊTES TRADITIONNELLES LA FÊTE, L'AUTRE DESTINATION TOURISTIQUE

Les fêtes sont depuis toujours un moment à part, voire exceptionnel, dans la vie. Par  attachement au passé ou par nostalgie à une certaine représentation d’antan, elles rythment l’évolution de la société et ponctuent même les différentes saisons. Elles subissent régulièrement une réactualisation et une mise au goût du jour, pour mieux coller à l’actualité ; parfois, au contraire, elles font l’objet d’un recadrage pour mieux se caler à leur conception originale.

Ce sont des manifestations qui, dans tous les cas, visent à enraciner encore plus la fête dans l’histoire et à lui donner une légitimité incontestable et durable. Mieux encore, c’est la recherche de l’authenticité  qui donne à la fête son caractère insolite. Cette dernière particularité ne peut toutefois être complète sans le caractère sacré que revêt la quasi-totalité des fêtes traditionnelles célébrées partout à travers le monde et dans toutes les civilisations.

Ce qui rend les fêtes traditionnelles aussi connues, c’est leur durabilité dans un monde où la modernité et la course vers les nouveautés est l’adage et le maître mot de nos sociétés contemporaines. C’est cette dualité entre passé et moderne qui fait que le traditionnel, qui est coutumier, confirmé, voire désuet, se trouve régulièrement à l’origine d’une inspiration nouvelle. C’est ainsi qu’il est souvent remis au goût du jour pour unifier, remémorer ou rassembler, selon les cas, les masses pour vivre des moments festifs considérés comme uniques. L’importance de ce rassemblement, caractéristique fondamentale par excellence de la fête, dépend de son attractivité et de l’intérêt qu’elle incarne. Toute fête n’est pas forcément touristique et tout touriste n’est pas nécessairement noceur ou consommateur de fête. Mais, on peut être l’un et l’autre à la fois, à un moment donné, quand la fête fait partie ou devient intégralement la destination finale des touristes, comme c’est le cas, par exemple, des traditionnels marchés de Noël en Europe ou du célèbre festival de Venise. Dans ce dernier cas, le touriste est à la fois acteur quand il se déguise avec le costume local et le masque vénitien, par exemple, et spectateur (consommateur) de cette même manifestation. Par ailleurs, le carnaval est considéré comme l’expression populaire par excellence du défoulement à l’égard des règles et de l’ordre établi. Il symbolise ainsi l’un des fondements du concept de la fête.

Dans les civilisations anciennes, les fêtes étaient très abondantes, comme à l’époque grecque et romaine. Des fêtes privées (naissances, mariages, anniversaires) rejoignent des fêtes publiques, comme les Saturnales, et les célébrations sacrificielles héritées des temps lointains des traditions païennes. Parfois, elles durent plusieurs jours ou même des semaines, voire des mois.

Si la fête est communément définie comme une solennité religieuse ou civile, en commémoration d’un fait important, réjouissance organisée par un particulier ou une collectivité, faire la fête, au sens de se divertir en buvant, en mangeant, en dansant, assister aux spectacles ou en écoutant de la musique, est devenue le rituel le plus répandu. Dans la société contemporaine, il y a une certaine appropriation des fêtes plus autonomes, individuelles et même aléatoires. Souvent, elles ne sont que de quelques heures, comme extraites de leur temps, à l’instar de la fameuse fête de la musique, devenue en très peu de temps l’une des plus diffusée au monde. Cette dernière, inspirée des saturnales qui se déroulaient durant le solstice d’hiver, est l’une des rares fêtes initiées justement pour célébrer ce pourquoi elle a vu le jour, durant le solstice d’été chaque 21 juin.

Alors que les fêtes se désacralisent et se globalisent, en abolissant les frontières et en s’ouvrant au plus grand nombre, leur temporalité subit de profondes mutations à l’instar de la société d’aujourd’hui, rapide et très changeante. En effet, la philosophie du temps présent, qui se préoccupe surtout du bien être immédiat, trouve dans les fêtes une échappatoire des obligations et des méfaits de la société urbaine et ses océans d’information qu’elle n’arrive plus à digérer. Aussi, le repère est moins visible entre la fête et le quotidien. Mieux encore, elle imprègne progressivement la vie de tous les jours et s’inscrit ainsi dans l’existence en tant que moments privilégiés. La fête se confond alors avec les loisirs dans le temps court ; elle se confond également et davantage avec la notion de tourisme, pour le temps long, quand elle est intégrée aux vacances ou devient elle-même la principale, sinon l’unique  destination touristique.

La fête, terme générique pouvant inclure diverses  connotations, demeure globalement une attraction touristique majeure. Ses multiples manifestations visent à la faire perdurer en attirant de plus en plus de visiteurs. L’accent est mis sur l’aspect traditionnel mais également sur l’originalité de l’évènement. L’imaginaire se confond avec le rituel et le sacré pour offrir des moments de grandes émotions.

Les fêtes traditionnelles ont une grande capacité à se renouveler et à confirmer leur fréquentation. Aujourd’hui, l’impact économique et commercial est aussi, voire plus, important que l’aspect historique ou commémoratif de la fête elle-même. Les fêtes (notamment les  festivals) estivales, par exemple, sont très liées au tourisme et sont indissociables du calendrier touristique.

 

Dans le monde, les fêtes traditionnelles sont très importantes et jouent un rôle très important dans la société. En Asie, comme en Amérique Latine et en Afrique, ces fêtes sont sacrées, très spirituelles et rythment le quotidien des individus. En Inde ou en Chine, elles sont parfois séculaires, très anciennes et très exigeantes. La fête des lanternes, du nouvel an chinois ou vietnamien, la fête Divali en inde, l’Odalan à Bali sont des événements majeurs très appréciés. Certaines de ces fêtes sont même exportées, comme la Puerto Rican Day Parade à New York, qui se déroule chaque deuxième dimanche de juin, la saison la plus propice aux fêtes et aux distractions. Cette parade attire beaucoup de touristes (plus de deux millions de spectateurs), y compris du pays d’origine.      

Lire la suite
Timimoun De plus en plus prisée par les touristes

On parle souvent d’une destination qui ne tourne jamais le dos aux touristes surtout étrangers. On parle souvent également d’une région qui ensorcelle les gens lorsqu’ils la fréquentent. On parle aussi d’un endroit envoutant de jour et de nuit, qui attire les gens et qui les oblige à y retourner. Mais de quel endroit parle-t-on ? C’est tout simplement de Timimoun. 

Lire la suite
Jalel BELHAJALI Sales Manager Thalasso & SPA Plus d'un million d'Algériens attendus en Tunisie

Le Sales Manager Thalasso & SPA de la chaine Thalassa Hôtels, plus de 25 ans d’expérience à son compte dans le domaine du tourisme, Mr BELHAJALI s’est spécialisé dans la gestion des marchés classiques, le développement des marchés de niches, Golf, M.I.C.E. ainsi que la Thalassothérapie. Cette dernière, il en fait son monde et sa passion. Grâce à ses connaissances approfondies et sa participation aux foires et salons de tourisme, en Allemagne, France, Angleterre, Suisse, Italie, Belgique, La Russie, Ukraine, Bella Russie, il a su mettre en avant les multiples atouts de la Tunisie dans ce domaine et réussie a bien diffuser les différents produits de la thalassothérapie. En 2002, ses efforts ont été couronnés par l’organisation du 1er Congrès mondial de la Thalassothérapie à Agadir dont il était un membre de comité organisateur. 

Dans cet entretien qu’il a bien voulu nous accorder, il aborde quelques questions liées à la situation du tourisme en Tunisie.

Lire la suite
Helga Katalin PRITZ, Ambassadeur de Hongrie en Algérie La ligne aérienne Alger-Budapest ouvre de no

Madame Helga Katalin Pritz, Ambassadeur de Hongrie en Algérie depuis Avril 2015 est une diplomate de carrière. Très active pour le rapprochement des relations algéro-hongroises, elle a saisi l’occasion de l’ouverture prochaine par Air Algérie, d’une ligne aérienne entre Alger et Budapest pour initier un certain nombre d’actions visant la promotion de la destination Hongroise. Gastronomie, atouts touristiques ont été au programme de ces actions.

A l’occasion d’une cérémonie d’annonce de l’ouverture de cette ligne, Madame Pritz a bien voulu nous accorder cet entretien

Lire la suite
Bejaïa Un bijou, loin de tout

Fort de la Casbah, Yemma Gouraya, la corniche. Ce sont les mots qui reviennent sur la bouche de toute personne qui visite Bejaia. Béjaia c’est aussi  la place Guidon, cœur de l’ancienne ville, Cap Carbon, la Porté dorée (La Porte de la mer), le Fort Moussa (Le Fort Barral), la Citerne Romaine, le Mihrab de la Mosquée Ibn Toumert, le Cippe Romain (pierre funéraire) autant d'importants vestiges archéologiques qui témoignent de son histoire millénaire. 

Lire la suite
BUDAPEST LA PERLE DU DANUBE

Qu’y a-t-il de commun entre une promenade au bord du «  beau Danube bleu », une rhapsodie jouée au violon, une partie d’échecs dans un bain à 35 degrés, une visite du château de Sissi l’impératrice, une balade à cheval dans une nature vierge, un bal endiablé et enfin un bon verre de Tokaj, vin préféré des rois de France, suivi d’une délicieuse goulache ?     C’est la Hongrie, fière de sa richesse culturelle et de sa civilisation millénaire, héritière d’influences croisées, orientales et occidentales. Ses traditions populaires vivantes et son extraordinaire créativité séduisent les visiteurs venus des quatre coins du monde.    Les massifs forestiers verdoyants, les immenses plaines traversées par les méandres des fleuves, parsemées de lacs et marécages, procurent au pays une grande variété de paysages qui s’offrent aux adeptes de la randonnée, à pied, à cheval ou en vélo. 

Sa capitale, Budapest, surnommée « la Perle du Danube », jouit d’une situation géographique unique et d’une harmonie architecturale exemplaire .                                                          

Lire la suite
Oued Zhour Une plage qui porte bien son nom

C’est une plage qui porte bien son nom : Oued Zhour ou le fleuve des fleurs. Un chef-d'œuvre d’une nature forestière exubérante cerné par les montagnes dans une baie d’un grand bleu, à la pointe de la  frontière entre Jijel et Skikda. Si la ville du même nom dépend  de cette dernière wilaya, la  plage, elle, se trouve juste avant la fin du territoire de l’autre. Le nouveau port de pêche, en cours de réalisation sur la rive droite du fleuve, sera le dernier centre d’intérêt qui marquera la limite de la longue côte jijelienne. La plage est une merveille de la nature très peu connue des touristes qui se rendent chaque année par million sur les autres plages de la région. C’est un jardin à ciel ouvert où se mêlent une nature vierge aux multiples senteurs, des reliefs à couper le souffle, des champs verdoyants, des jardins fleuris et des parcelles maraîchères aux fruits multiples. La prairie y est aussi riche et les troupeaux s’y disséminent paisiblement. Le site est encore une Terre vierge qui mérite le détour. La tranquillité des lieux est un réel plaisir à apprécier à sa juste valeur. 

Lire la suite
Tlemcen Et l'histoire continue...

Si on la dénomme le joyau de l’Ouest, ce n’est pas pour rien. Tlemcen, c’est l’histoire, les monuments, les sites historiques, et beaucoup d’autres atouts qui font la fierté de la population du lieu.   

Les Vestiges de Mansourah,  La Citadelle El Mechouar, Le Plateau de Lalla Setti, Bab El Qarmadine la Mosquée Sidi Boumediene ou Les grottes de Beni Aad, sont autant d’endroits à visiter dans cette wilaya.  

Lire la suite
Tamanrasset Perle du désert

Ce n’est pas par hasard qu’on la surnomme perle du désert. Tamanrasset, une ville envoutante qui attire de plus en plus de visiteurs, incités à chaque fois à y retourner. Capitale du Hoggar, engorgeant la magie de la nature saharienne, Tamanrasset, une vaste terre aride, au milieu du Sahara algérien, un territoire plus grand que celui de la France, malgré cela vous invite tout au long de l’année, mais surtout en hiver, à réaliser votre rêve de découvrir des sites paradisiaques et attrayants.

Lire la suite
Djanet

Une ville qui révèle tous ses secrets

 

Bordj El Haoues, les quartiers d'El-Mihane, de Tinkhatma, d'Aghoum, d'Azelouaz, d'Adjahil, de Tindjadad autant de quartiers à visiter si vous vous rendez à Djanet car lLa nature et l’histoire, l’ont choyée. La ville regorge d’immenses potentialités touristiques à l’image du Parc national du Tassili N’Ajjer, des gravures rupestres et des sites archéologiques, des oasis et des palmeraies, des grottes et des dunes de sable, autant de merveilles qui poussent généralement celui qui l’a visite pour la première fois à y revenir.  

Lire la suite
S

Aïn El Fouara. Qui d’entre nous ne connait pas cette fontaine qui a inspiré des dizaines d’artistes. On dit dans la tradition, celui qui boit de son eau pour la première fois, sera tenté de revenir dans la ville. Sétif dispose en fait, en plus de cette belle fontaine, de potentialités touristiques indéniables. 

Lire la suite
L

Ou pourquoi la célèbre Tour est penchée ? La Tour de Pise constitue Le ‘Campanile’ (tour-clocher dans l’église Chrétienne) de La Cathédrale de ‘Notre Dame de l’Assomption’ de Pise en Toscane (Italie), 

Lire la suite
Escapade

Ou : ‘Le voyage dans une mégapole ‘bouillonnante’ du Sud Est Asiatique’, tel que l’a vécu et ressenti notre ami et confrère Lazhar Baaziz, durant les quelques jours qu’il aura passés à Bangkok. Une occasion de  rapporter brièvement  le récit de son séjour pour découvrir une destination lointaine mais exotique à beaucoup d’égards...

Lire la suite
ROME

Une ville qui engorge des trésors architecturaux

Le Colisée, le Forum romain, le Panthéon, le Palazzo Venezia ou Saint-Pierre, qui ne connait pas ces monuments ''incontournables'' qu’on ne trouve nulle part ailleurs, qu’à Rome.

D'autres trésors architecturaux, sont présents dans toute la capitale comme entre autres : sa via Apia et ses arcs de Triomphe ; l'indémodable Colisée; les surprenantes catacombes à la périphérie de la ville; le castel San Angelo au bord de Fleuve; la célébrissime fontaine de Trévi; le Vatican et ses musées; le Panthéon, les ruelles, les musées, les églises, etc. autant de merveilles qui attirent des millions de visiteurs chaque année. 

On dit «Rome ne s'est pas faite en un jour, mais Rome ne se visite pas en un jour non plus ». Vous vous croirez dans un gigantesque musée en plein air si vous osez un jour visiter la ville.

 

Vous vous retrouvez au milieu d'un authentique assemblage de « piazzas », de marchés en plein air et de sites historiques fascinants. Le plus connu, surtout pour les touristes algériens, c’est le jet d’une pièce dans la fontaine de Trevi, en faisant un souhait, surtout pour les amoureux.

Lire la suite
MENAA, LA CITADELLE AU C

Les Aurès sont décrits par un éminent géographe (*) comme : ‘Un grand massif montagneux, fragment de l’Atlas Saharien, constitué de plis alignés SW / NE portés suffisamment haut en altitude pour présenter de belles forets et dominer fortement les plaines au Nord comme au Sud...Deux vallées centrales traversent les Aurès : Celle de l’Oued El Abiod et de l’Oued Abdi...enfin, les Aurès sont le  fief des populations ‘Chaouies’ d’origine Berbères qui ont toujours habitées ces régions... L’habitat en villages tassés sur les pentes (Dechras) et les terroirs en terrasses étagées soutenues par des murettes de pierres, témoignent d’une implantation humaine très ancienne et bien adaptée à ce milieu montagnard’. Mais conséquemment à la période post – indépendance du pays en 1962 et...le modernisme, des changements ont marqués durablement ces régions ; les populations rurales ont progressivement émigrées vers les plaines, et le bâti local s’est transformé par de nouvelles constructions (en dur),  dénaturant fortement le cachet ancestral ; par ailleurs, l’économie locale basée sur une agriculture vivrière ne parvient plus à nourrir une population au fort taux démographique. Enfin, et il faut le souligner, le couvert végétal autrefois constitué de forets (chênes, chênes liège, cèdres, etc.) a été décimé en grande partie par le napalm (durant la guerre de libération) et le déboisement intensif. Cette introduction étant nécessaire pour comprendre le sujet de l’article consacré à Menaa, un archétype des villages Aurésiens disséminés  à  travers tout  le Massif  montagneux.

Lire la suite
Constantine

« La ville des aigles » attend la promotion de son tourisme 

 

Qui d’entre nous ne connait pas, ou n’a pas entendu parler du Pont Suspendu de Sidi M'Cid, construit en 1912 juste en haut d'une arche naturelle ou du Pont d'El Kantara, le Pont Sidi-Rached, le Pont du Diable et le Pont des Chutes. Autant de ponts qui font la fierté de la ville de Constantine appelée « la ville des ponts suspendus » ou bien « la ville des aigles ». Le Pont Suspendu de Sidi M'Cid à lui seul est d'une longueur de 164m et d'une hauteur de 175m, depuis le pont la vue offerte sur les gorges et la vallée du Hamma est fantastique.

Lire la suite
Marrakech

La ville de « rêve des mille-et-une nuits »

Marrakech, la ville rouge, est un endroit plein de magie ! Avec ses innombrables marchés, jardins, palais et mosquées, son visiteur aura plein la vue.

Pour les touristes, Marrakech est un endroit où on peut se ressourcer dans le calme et la sérénité régnant au Jardin Majorelle ou bien admirer toute la splendeur de l'une des vieilles mosquées de la ville.

 

Marrakech, est un haut-lieu touristique, plus de deux millions de touristes chaque année. Elle est également le point de départ de nombreuses excursions pour les randonneurs désireux de parcourir l'Atlas ou le désert plus au sud, selon Wikipedia.

Lire la suite
Annaba

Un patrimoine très riche, et des plages merveilleuses 

Qui d’entre nous n’a pas entendu de la basilique Saint-Augustin ou «Lela Bouna», comme elle est parfois appelé en arabe ? Un endroit très fréquenté surtout par les touristes étrangers. Annaba n'a rien d'une grande destination touristique mais la ville sait retenir l'attention, des visiteurs nationaux ou étrangers, dans le cadre d'un voyage en Algérie.

 

On dit de Annaba que c’est une grande ville Algérienne située au fond d'une baie et profite d'une situation enviable, dominant un beau front de mer, agrémentés de quelques plages et d'un centre-ville animé. C'est aussi l'une des plus vieilles villes du pays. Dotée d'un patrimoine très riche, elle abrite de nombreuses traces justifiant la présence des Hommes préhistoriques, surtout dans la zone de Ras Al Hamra.

Lire la suite
DECOUVRIR LA ROUTE DELA SOIE EN UZBESKISTAN

LORSQUE MON AMIE M’INVITE A LA JOINDRE POUR ALLER en Ouzbékistan (Ouzbékistan), ce pays qui a fait partie de la fameuse route de la soie.  Je n ‘hésite pas.  CE QUE NOUS AVIONS étudié a l’université d’Alger, avant l’indépendance, nous avez permis une connaissance limitée dont une portion d’information concernant le commerce traditionnel. 

Lire la suite
Barcelone

Le tourisme en plein essor

 

C’est une vieille ville, jadis entourée de remparts d’époque romaine, avec ses rues étroites, ses paisibles places et ses recoins de charme abritant de nombreuses constructions gothiques, tant religieuses que populaires. Des palais médiévaux se dressent autour de l’imposante cathédrale, dont la Casa dels Canonges, La Pia Almoina et la Casa d’Ardiaca. Ce n’est autre que Barcelone. Les Espagnols sont toujours fiers de leur ville, la capitale de la Catalogne. Barcelone, une ville méditerranéenne et cosmopolite possédant des vestiges romains, des quartiers médiévaux et les plus beaux monuments du Modernisme, ainsi que des éléments avant-gardistes du XXe siècle. L’UNESCO a d’ailleurs classé au patrimoine mondial les constructions les plus remarquables des architectes catalans Antoni Gaudí et Lluís Doménech i Montaner. Grâce à la variété et à la richesse du patrimoine de Barcelone, il est possible d’effectuer de nombreux parcours différents au gré de ses quartiers.

Lire la suite
T

Une ville touristique qui manque d'hôtels et d'équipements de loisirs

Située à quelques kilomètres de la frontière tunisienne, Tébessa, l’antique Théveste, est une ville qui cache mille et un secrets. Cette ville, qui offre une nature vaste et variée, tantôt des plaines vertes, tantôt des terres arides, attire chaque personne qui la traverse pour garder à jamais le souvenir indélébile de ses beaux paysages et l’hospitalité de ses habitants.

 

Les vestiges les plus célèbres dans cette wilaya sont le temple de Minerve, construit au 3ème siècle et classé en tant que musée depuis 1920, la basilique romaine, l’arc de Caracalla, la muraille byzantine, Tébessa El Khalia, l’amphithéâtre de Tébessa, le village du Youks et la basilique de Sainte-Crispine. Visiter Tébessa sans se rendre à la basilique Sainte-Crispine, qui est une ville dans une autre, c’est comme si qu’on visitait Paris sans se rendre à la Tour Effel. 

Lire la suite
Dubai

Une destination qui mêle la culture, l'aventure, et le shopping

 

Si on vous pose la question : qui est la destination qui mêle la culture moderne à l'histoire, l'aventure, le divertissement et le shopping de première classe ?  Vous me diriez certainement, c’est Dubaï. Si vous pouvez visiter Dubaï n’oubliez pas d’assister à une représentation à l'opéra de Dubaï, d’observez le cœur de la ville du haut de la tour Burj Khalifa et de passez un après-midi au bord de la rivière de Dubaï à explorer les souks d'or, de tissus et d'épices. Si vous êtes aussi à la recherche de sensations fortes, élevez-vous en montgolfière au-dessus des dunes, faites un tour à toute allure à l'IMG Worlds of Adventure ou sautez en parachute sur l'île de Palm Jumeirah. 

Lire la suite
 

 
NEWSLETTER
Saisissez votre adresse e-mail

S'inscrire
Se dsinscrire

Categorie

 



 

Recherche News