Expositions - Communication et Publicit  
 
INTEREXPO
Une communication intelligente au service de l'entreprise

Cliquer sur la revue pour la visionner

Tlchargez Adobe reader
Lire l'dito de "Tourisme Magazine N84"




Commandez votre numéro





Document sans titre
 
  NEWS
Interview Exclusive de Djilali Mehri

Dans son fief d’Oran, le prestigieux Royal Hôtel, Djilali Mehri, a bien voulu nous accorder un entretien dans lequel il revient sur ses premières touches avec le tourisme, ses attentes, sa persévérance, sa réussite et ses projets. Des projets qui valent pour lui, bien sûr, son Groupe, mais aussi et surtout, ajouterons avec conviction, pour l’Algérie. Une Algérie qu’il porte très fortement dans son cœur et pour laquelle il rêve d’un avenir radieux et pour laquelle, il sent, il sait que la réussite ne tient qu’à peu de choses…

Tourisme Magazine : À quand remontent vos premiers contacts avec le tourisme ? Un fait particulier, une anecdote, un incident particulier qui vous a amené à un rapprochement avec le secteur du tourisme ?

Djilali Mehri : En 1967, de passage à Oran, le propriétaire du Royal Hôtel se proposa de me le vendre. L’affaire fut conclue en quelques minutes. Ce fut alors la première affaire d’importance que j’avais réalisée et qui m’a porté chance depuis. Ce qui explique l’attachement que j’ai toujours eu pour la ville d’Oran où j’ai noué de nombreuses relations et amitiés.

Plus tard, en 1985, j’ai rencontré à Paris, le Président et fondateur du Groupe ACCOR, Monsieur Gérard Pelisson et je lui avais proposé de réaliser ensemble un réseau hôtelier en Algérie. Un protocole fut signé dans les jours qui ont suivi. Il a fallu 20 ans de patience pour que ce projet voie le jour.

Tourisme Magazine : Il est de notoriété indiscutable que l’Algérie recèle d’énormes potentialités. Mais paradoxalement, le tourisme n’arrive pas à démarrer sérieusement. Les questions sécuritaires ne pouvant plus constituer le bouc émissaire de la désertion de la destination Algérie, quelles sont pour vous les véritables raisons du retard du tourisme algérien par rapport à ses propres capacités et par rapport aux voisins ?

Djilali Mehri : Je voudrais tout d’abord rendre un vibrant hommage à Monsieur Smaïl Mimoun, Ministre du Tourisme et de l’Artisanat, pour son engagement et les efforts exceptionnels qu’il déploie en direction des investisseurs dans le secteur du tourisme et de l’hôtellerie. J’ai eu l’occasion de constater qu’il connaissait l’évolution de nos projets dans leurs moindres détails. C’est non seulement rassurant, mais encourageant de savoir que nous sommes accompagnés dans nos projets d’investissement.

J’ajoute que contrairement à une idée répandue qui prétend que l’Algérie continue d’enregistrer beaucoup de retards par rapport à ses voisins dans le développement de l’industrie du tourisme, je note que depuis quelques années, des efforts remarquables sont faits dans la création des infrastructures préalables et indispensables à toute relance de l’activité touristique : la mise en service de plus de 2.000 kilomètres d’autoroutes, l’ouverture et la mise à niveau de plus d’une dizaine d’aéroports, l’ouverture au trafic international aérien de nos villes de moyenne importance comme Chlef, Bejaia, Jijel, Biskra, la rénovation de réseaux de télécommunication, l’amélioration des transports urbains et de marchandises. Tout cela va permettre de promouvoir rapidement la destination Algérie et développer le tourisme dans notre pays.

Ce développement touristique permettra à plus d’un million et demi de nos compatriotes qui passent leurs vacances à l’étranger et en particulier dans les pays voisins de découvrir et de profiter pleinement de nos atouts touristiques. L’absence d’infrastructures d’accueil peut se résorber rapidement et notre Groupe contribue aujourd’hui à le faire. L’État devra continuer à encourager et à aider le secteur privé national à créer de nouvelles capacités d’accueil à un rythme soutenu.

Je continue de croire que l’hôtellerie et le tourisme seront mieux et plus rapidement développés par le secteur privé. Voyez ce qui se passe en Russie et en Chine par exemple. Nous sommes, avec Cuba, je crois, le seul pays qui continue à avoir une gestion étatique de l’hôtellerie.

Des mesures d’accompagnement à nos efforts devront être entreprises : facilitons l’obtention des visas d’entrée et en particulier les visas de Groupe, ouvrons et facilitons davantage l’ouverture de notre espace aérien, modernisons plus rapidement notre système de paiement par l’utilisation de la carte bancaire et la multiplication des terminaux de paiement. Comme vous pouvez le constater, le décollage touristique de notre pays ne tient finalement qu’à peu de choses !

Il y a aussi des écueils à éviter : gardons nous de développer un tourisme de masse, « sac au dos » qui vous propose de passer une semaine de vacances, billet d’avion inclus, pour 250 euros et qui ne laisse au pays d’accueil que des miettes. Optons pour un tourisme de qualité, le tourisme culturel par exemple : avec nos ruines romaines, les peintures rupestres du Tassili, la beauté de nos sites balnéaires et des massifs du Hoggar, ou alors le tourisme de mémoire en direction de tous ceux qui sont nés ou vécu en Algérie, mais dans tous les cas un tourisme propre et respectueux de la personne humaine.

Tourisme Magazine : L’ampleur des vos investissements en infrastructures hôtelières est connu. Ces investissements participeront, sans aucun doute à transformer le paysage de l’Algérie touristique. Quel accompagnement en matière de formation hôtelière avez-vous prévu ? Envisagez- vous de compter sur l’appareil de formation en place, secteurs public et privé confondus ou existe-t-il d’autres alternatives ?

Djilali Mehri : Pour notre part, nos avons décidé de soutenir l’effort public de formation par la création de 3 centres de formation à Oran, E l Oued et Alger qui accueilleront en phase finale 100 stagiaires par an chacun pour des formations pluri disciplinaires avec l’aide et l’appui des pouvoirs publics pour élever davantage le niveau de qualification de nos jeunes.

Nous préparons en ce moment les infrastructures d’accueil et nous ferons des annonces d’ouverture dès que nous serons prêts.

Tourisme Magazine : Selon différentes sources, il est annoncé que dans vos projets il est prévu 12 hôtels par tranche de trois années, soit 4 hôtels par an. Et-ce vraiment réaliste comme objectif ? Et quand bien même ces objectifs seront réalisés, croyez-vous que l’appareil de formation suivra et existe-t-il un plan d’adaptation de l’emploi à la formation ?

En 2005, nous avions imaginé avec le groupe ACCOR de construire 36 hôtels de 100 chambres de type « ibis » 3 étoiles soit un programme de 3.600 chambres au total que nous devions réaliser en 3 phases de 12 hôtels chacune.

Les études de marché que nous avions engagées nous ont très vite permis de prendre conscience du déficit impressionnant des capacités d’accueil hôtelier de notre pays et en particulier dans nos grandes villes comme Alger, Constantine pour ne citer que ces deux villes.

En accord avec les pouvoirs publics algériens, nous avons alors décidé de maintenir ce programme ambitieux de 3.600 chambres que nous avons réparti sur 24 sites différents en fonction de l’importance des déficits constatés.

De plus, dérogeant à notre iodée de départ, nous avons décidé de réaliser exceptionnellement dans certaines villes, où les besoins se font sentir, en plus d’un hôtel « ibis », un hôtel 4 étoiles de type NOVOTEL, dotés de salles de conférences. Ce sera le cas de Constantine que nous ouvrirons en septembre prochain et plus tard de Sétif.

Le délai de réalisation de 4 hôtels par an que nous nous sommes fixés au départ s’est vite heurté à l’absence de disponibilité immédiate de terrains d’assiette appropriés. Par conséquent, les délais de réalisation que nous nous sommes fixés seront incontestablement plus longs que prévu sans pour autant remettre en cause le programme que nous avons affiché.

Pour répondre à votre dernière question, les capacités de nos centres de formation ajoutés à ceux des établissements publics seront suffisantes pour répondre à nos futurs besoins en personnel qualifié.

Tourisme Magazine : Où en êtes-vous dans le projet de complexe touristique de Madagh 1, prévu entre les plages d’Oran et de Ain Temouchent ?

Nous avons engagé avec un cabinet d’architecture international spécialisé dans les infrastructures d’accueil touristique d’importants travaux d’étude pour l’aménagement de ce magnifique site de Madagh que la wilaya d’Oran partage avec celle d’Ain Temouchent. Ce dossier que nous avons adressé à toutes les instances concernées par ce projet porte sur la réalisation d’un village touristique de très haut standing, capable d’accueillir 10.000 personnes avec hôtels, appartements, villas, marinas, héliport, terrain de golf 18 trous, centres commerciaux et de loisirs.

Nous savons que ce projet a suscité un très grand intérêt dans notre pays et nous attendons une réponse favorable à notre demande de terrain d’assiette, des avantages et encouragements de l’État pour engager sa réalisation.

De plus, nous avons entrepris à El Oued, dans ma propriété « DAOUIA » qui compte 50.000 palmiers, la réalisation d’un village touristique saharien d’une capacité de 300 lits constitués de villas et bungalows de grand standing avec tous les équipements nécessaires et dans le plus grand respect de l’environnement. Nous nous préparons à l’ouverture prochaine de ce centre unique en son genre qui fera le bonheur des touristes nationaux et étrangers sans oublier les Entreprises qui souhaitent abriter des rencontres professionnelles et des conférences.

Tourisme Magazine : Le Royal hôtel a contribué grandement à transformer le visage de la ville d’Oran. Quelles satisfactions et quels enseignements en tirez-vous ?

De l’avis général, le Royal Hôtel compte parmi les belles réalisations hôtelières de l’Algérie et de l’Afrique et fait la fierté non seulement de la ville d’Oran, mais aussi de notre pays. Sa réalisation montre la voie à suivre pour qu’en Algérie se réalisent plusieurs établissements de cette qualité.

Si je disposais d’un site de qualité à Alger, je n’hésiterais pas à réaliser un autre hôtel de ce niveau. En attendant, il contribue à donner des couleurs au centre historique d’Oran et au Boulevard de la Soummam et invite tous ceux qui disposent d’un patrimoine immobilier sur cette belle avenue à suivre l’exemple de Royal Hôtel et à participer à la rénovation du centre-ville de la capitale de l’Ouest.


ARCHIVES

09/11/2011 Mascara veut promouvoir son tourisme
09/11/2011 L\'Algérie retenue pour abriter la manif
09/11/2011 Le paiement en ligne de billets d’avion
27/06/2011 Interview Exclusive de Djilali Mehri
24/02/2011 Reprise annoncée du projet de restaurati
23/02/2011 Les low cost continuent leur ascension e
23/02/2011 Réhabilitation de l’ancienne porte du fo
23/02/2011 Fréquentation : Malte bat son record de
23/02/2011 Une canalisation d’eau potable datant de
 

Copyright © 2008 Interexpo Administration
Conception : New agency   www.newagency-dz.com

Il y a eu 1184000 visiteurs uniques
 
Hôtellerie
Jumeirah vise les 60 adresses dans le mo

Grâce à la multiplication des contrats de gestion à travers le monde, le groupe dubaïote Jumeirah entend gérer à terme une soixantaine d’hôtels de luxe contre onze actuellement, tel l’emblématique Burj Al Arab.

Lire la suite
12 hôtels français sont candidats à la d

Les établissements avaient jusqu’au 31 décembre pour déposer leurs dossiers. Les premiers noms seront officiellement annoncés fin mars ou début avril.

Lire la suite
Les 10 hôtels les plus sales d\'Europe p

La liste des 10 hôtels les plus sales d’Europe a été publiée par TripAdvisor. Baptisée « la liste de la honte », ce classement est dominée par trois destinations, la côte égéenne en Turquie, les villes de Londres et d’Amsterdam.

Lire la suite
Un millier de chambres pour l\'accueil d

Un millier de chambres seront disponibles à travers les structures hôtelières de la wilaya de Tlemcen pour accueillir les délégations qui participeront à l’évènement “Tlemcen capitale de la culture islamique 2011”

Lire la suite
Chères nuitées en Suisse

Alors que de nombreux pays se sont remis de la crise économique, les prix des nuitées hôtelières ont à nouveau augmenté. C’est ce qu’observe le portail hôtelier HRS après avoir évalué les réservations de l’année écoulée.

Lire la suite
Aménagement et modernisation de la stati

La station thermale de Hammam Boughrara, située dans la daïra de Maghnia (Tlemcen), a bénéficié d’une enveloppe de 750 millions de DA pour l’aménagement et la modernisation de ses infrastructures et équipements, dans le cadre de la promotion du tourisme thermal.

Lire la suite
Interview Exclusive de Djilali Mehri

Dans son fief d’Oran, le prestigieux Royal Hôtel, Djilali Mehri, a bien voulu nous accorder un entretien dans le quel il revient sur ses premières touches avec le tourisme, ses attentes, sa persévérance, sa réussite et ses projets. Des projets qui valent pour lui, bien sûr, son Groupe mais aussi et surtout, ajouterons avec conviction, pour l’Algérie. Une Algérie qu’il porte très fortement dans son cœur et pour laquelle il rêve d’un avenir radieux et pour laquelle, il sent, il sait, que la réussite ne tient qu’à peu de choses …

Nous reviendrons dans la prochaine édition de « tourisme magazine » sur le destin exceptionnel de cet homme à qui tout réussit

Lire la suite
Hôtel ’’Le Méridien’’ d’Oran :ouverture

L’ouverture commerciale de l’hôtel ’’Le Meridien’’ Hotel and convention center relevant du groupe pétrolier Sonatrach situé au Centre des conventions Mohamed ben Ahmed à l’Est d’Oran, s’est effectué le 1er décembre 2011.

Lire la suite
Les hôtels halal ont la côte

Le développement du tourisme dit « halal » est une réponse économique à une demande de tourisme conforme à l’éthique islamique. Il se distingue par des dispositions particulières visibles dans les établissements hôteliers destinés à recevoir ce type de clientèle. Piscines non-mixtes, tapis de prière dans la chambre, indication de la qibla, coran sur la table de chevet et bien évidemment, absence d’alcool et nourriture entièrement halal.

Avec une demande potentielle estimée à 1,8 milliards de personnes, il est évident  que les structures d’accueil s’adaptent, surtout en cette période de crise galopante. Mais ce n’est pas que cela. Le tourisme « halal » traduit une réalité sociologique, incontournable avec laquelle il faudra faire.

Lire la suite
Tourisme Magazine 46 est dans les kiosqu

LA 46ème édition de Tourisme Magazine est dans les kiosques. Dans son éditorial, Slimane Seba aborde la question des statistiques touristiques. Si les chiffres rendus publics par l'OMT ne posent pas de problèmes particuliers quant à leur interpretation ceux relatifs à l'Algérie, en revanche suscient toujours des questionnements et contestations bien qu'ils ont établis sur la même base pour tous les pays. Ls statistiques mondiales 2012 sont largements commentés.

Dans son entretien du mois, Abdelatif Zaid expose la situation et ls ambitions de l'Ecole Nationale Superieur du Tourisme.

 

D'autres sujets  sont abordés dans cette édition, tels que la montée du tourisme halal,  dans la rubrique "tourisme", "les phares d'Algérie" dans la rubrique "destination"...

Lire la suite
Kamel Hamamouche, Président Directeur Gé

Et de deux… ! semblaient dire Kamel Hamamouche, Président Directeur Général la chaine El Djazaïr and resort, et son staff au sortir de la cérémonie d’inauguration de l’hôtel « le Caïd» de Boussaâda effectué par Abdelmalek  Sellal, Chef du Gouvernement. Cet établissement est, en effet, le deuxième de la série après l’hôtel Kerdada et en attendant « le Taghit» et le « Gourara » dont l’achèvement des travaux de rénovation sont prévus pour la mi-novembre.

Il y avait de quoi se réjouir de cette belle réalisation, une fierté pour l’Algérie et un acquis pour l’hôtellerie algérienne en général et  saharienne, en particulier.

A l’issue de la cérémonie d’inauguration, Kamel Hamamouche a bien voulu nous accorder cet entretien.

Lire la suite
1ere Rencontre nationale de la fédérati

«  Il ne vient pas pour vous (les hôteliers), mais sans vous il ne viendra pas » C’est par cette phrase lourde de sens que Mohamed Amine Hadj Saïd, Ministre du Tourisme et de l’Artisanat, rappellera l’étroitesse du lien qui existe entre l’établissement hôtelier et le touriste, à l’ouverture de la 1ère rencontre Nationale  de la Fédération Nationale des Hôteliers, organisée le 25 Novembre à l’hôtel El Djazaïr à Alger.

Lire la suite
TOURISME SAHARIEN

Deux établissements haut de gamme viennent d’enrichir le parc hôtelier saharien algérien. Il s’agit de l’hôtel Gourara de Timimoune et l’hôtel Saoura de Taghit. Le mérite en revient à la chaine El Djazaïr et à son équipe dirigeante.

Lire la suite
Abdelmallek BAICHE, Consultant auprès du

Abdelmallek Baïche est venu tout jeune au tourisme. Il intégra le Touring Club d’Algérie au début des années 80. Il était encadré par les Hadj Abdedaim, Sadek  Zerrouk et autre Athmane Sahnoun.

Il entra très vite dans le domaine, embarqué qu’il était dans l’essence même de l’activité touristique, les croisières, les voyages et ce qui était considéré comme l’âme d’un Touring Club, à savoir les activités associatives. Il s’avéra bon élève puisque il apprit très vite et devint l’un des cadres les plus actifs. Au début des années 90, il part en France où il poursuit son activité tout en suivant des études supérieures.

Aujourd’hui, il est consultant écouté et respecté du Groupe international CARLSON REZIDOR, 10ème groupe mondial et 4ème en Europe.

 

Il a bien voulu nous parler de son travail, de son amour qu’est l’Algérie, de ses ambitions e de celles du Groupe pour lequel il travaille.

Lire la suite
Abdelmallek BAICHE, Consultant auprès du

Abdelmallek Baïche est venu tout jeune au tourisme. Il intégra le Touring Club d’Algérie au début des années 80. Il était encadré par les Hadj Abdedaim, Sadek  Zerrouk et autre Athmane Sahnoun.

Il entra très vite dans le domaine, embarqué qu’il était dans l’essence même de l’activité touristique, les croisières, les voyages et ce qui était considéré comme l’âme d’un Touring Club, à savoir les activités associatives. Il s’avéra bon élève puisque il apprit très vite et devint l’un des cadres les plus actifs. Au début des années 90, il part en France où il poursuit son activité tout en suivant des études supérieures.

Aujourd’hui, il est consultant écouté et respecté du Groupe international CARLSON REZIDOR, 10ème groupe mondial et 4ème en Europe.

 

Il a bien voulu nous parler de son travail, de son amour qu’est l’Algérie, de ses ambitions e de celles du Groupe pour lequel il travaille.

Lire la suite
L’HOTEL HAMMAMET D’ALGER, LE BALNEO-URBA

L’hôtel Hammamet est un hôtel urbain. Il est fondé en 2004 à Aïn benain, banlieue ouest à quelques 15 kilomètres d’Alger par la famille Akmmoussi, une famille d’hôteliers de la région d’Alger. La famille Keddad l’acquiert en 2010et continue sur la lancée de l’ouverture qu’avait assurée Youcef Kasmi, un professionnel chevronné du tourisme depuis de nombreuses années.

Lire la suite
Déficit en formation hôtelière L’ESHRA à

L’Algérie aura enfin son École Supérieur d’Hôtellerie et de Restauration. Une bonne nouvelle pour le secteur touristique qui peine à combler son déficit en matière de formation en gestion hôtelière. Avec une seule «École Nationale Supérieur de Tourisme» d’une capacité de 200 places pédagogiques dont la plupart des diplômés se convertissent à l’activité d’agence de voyages, le secteur hôtelier algérien se retrouve amputé d\'une grande partie de sa main-d’œuvre qualifiée qui constitue pourtant le pilier de sa qualité de service.

Lire la suite
L’hôtel Djurdjura de la station climatiq

Saccagé et incendié par les groupes terroristes en 1994, l’hôtel Djurdjura, situé au cœur de Tikjda, une station climatique de près de 1500 mètres d’altitude, dans le versant sud du massif de Djurdjura, à une trentaine de kilomètres au nord de la commune d’El Esnam (Wilaya De Bouira), a repris du service.

Lire la suite
Sofiane GHORBEL

Sofiane Ghorbel est un algérien, diplômé de l’Ecole hôtelière de Lausanne et résident à Genève. Il commencera par une dizaine d’années dans l’exploitation hôtelière avant de passer, Directeur associé Afrique et Moyen Orient, pendant cinq ans au sein du Cabinet suisse de conseil en investissement hôtelier «CFB network AG», dont le rôle est d’accompagner les investisseurs touristiques dans leurs projets à travers une panoplie de mandats, allant des études, de la recherche d’investisseurs, de la recherche d’operateurs et négociation de contrats, de la gestion de projets, de la phase pré-ouverture, à l’exploitation, à la gestion d’actifs et pouvant concerner des opérations de fusion-acquisitions.

 

Il a bien voulu répondre à nos questions.

Lire la suite
Les anciens de l’Ecole Hôtelière de Laus

C’est au cœur de l’hôtel The Residence Tunis à Gammarth, chez notre ancien et ami  Christophe Pagni, que s’est déroulé, le 28 novembre dernier, le lancement officiel du stamm Maghreb-Est de l’Ecole hôtelière de Lausanne, regroupant trois pays du Maghreb : la Tunisie, l’Algérie et la Libye.

Lire la suite
La formation hôtelière de qualité Une ex

Le débat sur la formation professionnelle en Algérie reste toujours d’actualité au vu de la proportion des jeunes (75% de la population a moins de 25 ans) qui arrivent sur le marché du travail, et donc du défi immense qui se pose pour créer des emplois.

Lire la suite
La formation hôtelière de qualité Une ex

Le débat sur la formation professionnelle en Algérie reste toujours d’actualité au vu de la proportion des jeunes (75% de la population a moins de 25 ans) qui arrivent sur le marché du travail, et donc du défi immense qui se pose pour créer des emplois.

Lire la suite
Fernand Pouillon, Un grand architecte

Une carrière active et mouvementée :

Il est né le 14 mai 1912 à Cancon dans le Lot-et Garonne (France), ou son   père est entrepreneur ; après des études d’architecture et à 22 ans à peine, il construit des immeubles de 30 et 40 logements dans la région d’Aix en Provence et de Marseille, ou plus tard, il enseignera en parallèle à ses fonctions.

Lire la suite
L’hôtel « Saoura » de Bechar

Après une pré-ouverture en Juin 2014, l’hôtel «Saoura» anciennement «Taghit», dans la commune de Taghit, à quelques 97 km au sud de Bechar, est officiellement inauguré en cette fin Février, par Nouria Yamina Zerhouni, Ministre du Tourisme et de l’Artisanat.

Lire la suite
L’Hôtel Marriott de Constantine Un établ

Après dix huit mois de travaux menés à vive allure, le Grand Hôtel Marriott de Constantine a ouvert ses portes au public. La célèbre Chaine hôtelière Américaine est désormais présente dans ‘La Ville des Ponts’ comme elle l’est dans les plus prestigieuses villes du monde.

Lire la suite
Investissement dans le tourisme, Le prob

Depuis des années, on ne cesse de se plaindre du problème du foncier dans tous les domaines d’investissement y compris le tourisme freinant le développement du secteur en Algérie et les investisseurs ont du mal à trouver des assiettes où construire des infrastructures. Et ce, en dépit de l’existence de 205 Zones d’expansion touristiques (ZET) à travers le territoire national cumulant près de 50 000 hectares. 

Lire la suite
Projets prioritaires du tourisme Zones d

Les projets ne manquent pas pour le développement du secteur du tourisme en Algérie. Mais la volonté ne suffit pas à elle seule, car on reproche souvent la non application de différentes décisions sur le terrain. Pour ce secteur, ô combien important, vu la richesse que possède l’Algérie dans ce domaine, il est important de passer à l’acte car plusieurs projets tardent à se concrétiser. 

Lire la suite
La nouvelle a réjouit les professionnels

La décision a été annoncée en mars 2015, elle s’est concrétisée aujourd’hui. Il s’agit de la création de la toute nouvelle Association des Hôtels et Restaurants de la Méditerranée (MHRA). Bonne nouvelle donc pour les gérants des hôtels et restaurants des différents pays méditerranéens. Cette association  a pour ambition de représenter les 100 000 hôtels et 1 million de restaurants de la région, pour s'inscrire dans une stratégie touristique globale, afin de mieux promouvoir la destination Méditerranée.

Lire la suite
Fêtes de fin d'année Le tourisme sahari

Que ce soit dans leurs maisons, en famille, avec leurs amis, en voyage dans les régions sud, ou en Tunisie, les Algériens célèbrent, chacun à sa manière,  la fête de fin d’année. Les sites des agences de voyages se bousculent  pour présenter leurs produits et attirer plus de clients vers des voyages organisés.  

Lire la suite
Le Caïd de la chaine El Djazair célébre le nouvel an , un réveillon magique "la cité du Bonheur"

Depuis quelques années, certaines destinations algériennes connaissent un essor considérable en matière d’affluence touristique durant les fêtes de fin d’année. En tête de liste, le Sud algérien avec Timimoune, Ghardaïa, Djanet, Taghit, Béni-Abbès et Tamanrasset. Toutefois, en raison du déficit en matière d’établissements d’accueil, ces régions connaissent une saturation rapide en cette période, contraignant les touristes algériens en quête de célébration «domestique» à rechercher d’autres lieux où passer, en famille, le Réveillon. Parmi ces destinations alternatives, Boussâada se distingue du lot de par sa proximité de la capitale, sa position géographique située entre le «Tell» et le Sahara, mais surtout par le fait qu’elle possède deux joyaux hôteliers de la chaîne «El Djazaïr»: le «Kerdada» et le «Caïd».

Lire la suite
ductour de La Chaine El-Djazair

Ce voyage dans le Sud Ouest Algérien a été organisé du 19  au 23 mars 2016 sous forme d’un ‘Eductour’ par La Chaine ‘EL- DJAZAIR’ (Hotels & Resorts) au bénéfice de la presse, dont « tourisme magazine », et des agences de tourisme et de voyages, soit un groupe de quarante personnes accompagnées par des cadres de la Direction Générale de la Chaine. Cet ‘Eductours’ a concerné les régions de La Saoura (Wilaya de Béchar) et du Gourara (Wilaya d’Adrar), comme pour renouer avec les mémorables circuits touristiques Sahariens de l’ONAT qui ont faits les beaux jours du tourisme National et International Algérien des années 70 et 80’ comme aiment à le rappeler les nostalgiques de cette époque.

 A cette occasion, La Chaine El-Djazair aura déroulé le tapis rouge à ses invités  en ne lésinant pas sur les moyens pour leur rendre ce séjour des plus agréables, mais aussi pour promouvoir deux hôtels rénovés de sa Chaine : ‘L’Hôtel Saoura’ à Taghit et ‘l’Hotel Gourara’ à Timimoun.

Le programme de l’Eductours a englobé cinq  journées ponctuées par les visites des deux hôtels et de plusieurs excursions guidées de sites naturels parmi les plus remarquables, et qui font toute la réputation de cette région d’Algérie. Enfin ce voyage ‘raconté’ en 5 jours n’aura jamais la prétention de rendre fidèlement toutes les péripéties heureuses vécues et ressenties par ce groupe à travers ses déplacements, les amitiés qui se sont nouées, l’accueil chaleureux des hôteliers et des populations locales, et des paysages grandioses du Grand Erg Occidental Algérien... mais un modeste témoignage pour dire que notre pays recèle des richesses touristiques extraordinaires pour peu qu’il faille les valoriser, comme ce fut le cas pour la rénovation des hôtels sahariens précités (les 2  autres hôtels classés de La Chaine se trouvant à Boussaâda : ‘Kerdada’3* et ‘Le Caid’4*).                                                                                           Un pari apparemment gagné au vu des investissements consentis pour mettre ces infrastructures aux normes de confort moderne et donc de classements internationaux. Notons également que cette période de l’année est propice au tourisme et que cette région accueille de nombreux visiteurs venus de toutes les contrées d’Algérie.

Quant à notre circuit, il alliera séjours dans les deux hôtels de la chainen El Djazaïr, à savoir l’hôtel « Saoura » de Taghit et l’hôtel « Gourara » de Timimoune..

Lire la suite
L'hôtel El Djazair ex "Saint George"

L'hôtel El Djazair (anciennement Saint George) est un hôtel  prestigieux d'Alger. Classé 5 étoiles, c’est un endroit luxueux, situé au milieu d'un jardin botanique aux essences méditerranéennes rares, en plein centre d'Alger, qui fait de sa réputation un atout très convoité. En effet, le jardin botanique, d’une surface de 7 000 m2, soit 24% de la superficie totale de l'hôtel lui confère un microclimat particulier, jouissant d'un milieu doux en hiver et frais en été. Ce qui permet une acclimatation de plus de 350 espèces et variétés en voie de disparition, rares ou remarquables, originaires des cinq continents. Il est un des fleurons de notre patrimoine national. 

Lire la suite
Rénovation des hôtels du Sud A quel prix ?

Nul ne peut nier que le tourisme saharien reste le seul et unique espoir pour l’instant dans le développement touristique en Algérie. Et nul ne doute que la prise en charge des infrastructures touristiques reste la meilleure solution pour attirer plus de touristes étrangers et pourquoi pas pour replacer le tourisme algérien dans la grille des destinations touristiques dans la zone Afrique et dans le monde. La rénovation et la réhabilitation des hôtels figure parmi les mesures prises par les pouvoirs publics dans ce sens, mais pour certains, cela dure plusieurs années. 

Lire la suite
Gastronomie algérienne Facteur de développement touristique souvent négligé

Nul ne peut nier que la gastronomie est une composante importante de l'activité touristique, et constitue un enjeu majeur pour le développement du secteur partout dans le monde. C’est la découverte du patrimoine culinaire qui attire souvent les touristes dans un pays. Ce patrimoine mérite plus d’intérêt surtout en Algérie, un pays qui recèle un très grand potentiel dans ce domaine, puisque chaque région possède son propre atout gastronomique et son propre patrimoine culinaire, diversifié et très riche pour pouvoir attirer des touristes désireux de découvrir d'autres modes culinaires, d'autres pratiques alimentaires et d'autres produits. 

Lire la suite
Hôtel Gourara Un joyau du patrimoine national

Depuis le rattachement de certains hôtels du Sud aux  chaines hôtelières El Djazair et El Aurassi, les choses vont bon train. Nous  évoquerons dans cette édition  l’hôtel Gourara de Timimoun. 

Lire la suite
Mourad Beghoura du génie civil au génie de la pizza Ou le chemin prodigieux d'un algérien dans l'art de la pizza

Née vers la fin du 18ème siècle, la pizza a connu une évolution vertigineuse jusqu’à être l’objet en 2011 d’un projet de classification comme patrimoine universel immatériel de l’humanité. Et depuis, 30 milliards de pizzas sont consommées annuellement pour un chiffre d’affaires qui avoisine les 300 milliards d’euros dans le monde.

Considérée souvent comme un plat du pauvre, la pizza est, en effet  économique. Mais elle reste d’un gout exquis et est indéniablement nourrissante. Un nombre incalculable d’ouvrages lui sont consacrés. Et pas seulement…Des compétions internationales  sont organisées pour désigner et honorer le meilleur. Comme en sport, on connait et on célèbre annuellement le « premier mondial ». Cette année, l’Algérien Mourad Beghoura s’est distingué avec une très honorable 3ème place mondiale dans un concours où seuls les meilleurs du monde sont présents. Mourad, que rien ne destinait à ce monde de la cuisine, lui, un diplômé en génie civil d’une université française.

C’est avec fierté qu’il arbore le drapeau algérien après sa consécration en tant que 3ème mondial pour l’année 2016.

Lire la suite
Philippe Bonnot, Directeur Général de Renaissance Tlemcen Hôtel, à Tourisme magazine:"La qualification du personnel touristique n'est pas un problè

Le problème de qualification du personnel dans le secteur du tourisme n’est pas posé. Du moins de l’avis de Philippe Bonnot, Directeur général de Renaissance Tlemcen Hôtel, en fonction à la tête de cet établissement Marriott depuis, maintenant, six mois. Pour lui, le souci prioritaire fut de répondre aux aspects culturels de la région, par l’adaptation des services hôteliers aux exigences de la clientèle. Car, il faut bien le rappeler, la standardisation des dits services est un concept révolu. Et Marriott, à l’instar d’autres Chaines hôtelières internationales, en a pris conscience.  

Lire la suite
Investissement h

Le secteur du tourisme connait, ces derniers temps, un dynamisme en termes d’investissement hôtelier. Qu’il soit privé ou public, national ou étranger, cet engouement est impulsé par des mesures incitatives d’appui et de soutien à l’investissement, engagé par les pouvoirs publics. Ainsi, l’Algérie dispose de peu d’établissements hôteliers de standing international. C’est pour cela que les chaînes hôtelières internationales, commencent à s’intéresser au marché national, porteur de plusieurs opportunités. 

Lire la suite
Tourisme gastronomique

Moteur du tourisme moderne

 

Le 2ème rapport mondial de l’OMT sur le tourisme gastronomique est sorti récemment. Le rapport  présente les tendances récentes du tourisme gastronomique, en plus des analyses d'experts et des études de cas suggérant des pratiques exemplaires. « Le rapport, élaboré par le Programme des membres affiliés de l'OMT avec des études de cas de 60 contributeurs, y compris les États membres de l'OMT, les membres affiliés et les organisations partenaires, montre comment la gastronomie du tourisme peut être le moteur du tourisme moderne pour créer des expériences authentiques tout en promouvant le tourisme durable », précise l’OMT. Le rapport offre une introduction à une variété de thèmes liés au tourisme gastronomique, tels que des études de cas sur le développement de produits et l'expérience dans le tourisme gastronomique, les défis, la communication et l'image de marque, les bonnes pratiques ainsi que la formation et les compétences dans le tourisme gastronomique. Essentiellement, le 2ème rapport global sur le tourisme gastronomique offre une perspective holistique de l'actualité du tourisme gastronomique aujourd'hui et une perspective pour l'avenir du secteur.

Lire la suite
 

 
NEWSLETTER
Saisissez votre adresse e-mail

S'inscrire
Se dsinscrire

Categorie

 



 

Recherche News